« Run from the dead » – la course en territoire zombie.

31 Oct 2018 | Nous y étions, on vous en parle

Vendredi 26 octobre, le monde s’est écroulé. Dernière ville infectée : Agen. Notre objectif pour survivre : rallier les 10 balises positionnées dans le parc Walibi, en 1h chrono.

Pack de survie sur le dos, lignes de vie matérialisées par 2 bandes rouges accrochées à la ceinture et carte plus ou moins complète du parc en poche, nous voilà parachutés mon équipe et moi-même à l’entrée du parc, pour une course d’orientation riche en frissons.

A peine entrés, le jeu commence et le premier zombie grogne sur notre droite. Toutes les personnes de notre vague se mettent à courir de tous les côtés. Nous qui pensions connaitre le parc comme le fond de notre poche, nous nous sommes vite aperçus que dans la nuit, sans lumière et avec des monstres tapis dans les bosquets nos repères étaient restés à l’entrée. Par chance j’arrive à garder mon équipe près de moi. Je ne le sais pas encore, mais ça ne sera pas le cas à chaque fois !

Nous nous mettons d’accord : la première balise que nous allons récupérer, c’est celle du Grand 8. Seulement la zone ne sera pas facile à atteindre, il va falloir slalomer entre les mort-vivants qui errent devant et tout autour. Les cris des autres participants au loin, les lampes torches vacillantes dans le brouillard et dans la nuit ne nous rassurent pas du tout. Et ce n’est que la première balise…

Entre fous rires et angoisses nous trouvons finalement la première, puis la deuxième et la troisième. Mince, à la quatrième l’une de mes coéquipières s’est fait prendre l’une de ses vies. Il va falloir la jouer serré, d’autant que les zombies surgissent de partout. Aucune zone du parc n’est épargnée. Heureusement des militaires sont là pour nous aider à récupérer des indices, à condition qu’on relève leurs défis ou que l’on résolve leurs énigmes.

Nous qui pensions que cette course d’orientation nocturne serait un jeu d’enfant, nous avons vite revu notre copie. D’autant que les balises ne sont pas si évidentes à trouver et qu’il faut savoir faire preuve de sang-froid pour en atteindre certaines, cachées dans un labyrinthe de paille ou au bout d’une allée sans autre lumière que celle de notre lampe.

Nous réussissons au bout d’1h30 à sortir du parc sans trop de blessures et avec nos 10 balises collectées. Passage en zone de décontamination et retour au camp de base. Nous attendons avec impatience les résultats de la course qui seront révélés dans la semaine. Nous sommes, quoi qu’il arrive, impressionnés et ravis par cette expérience immersive atypique et horrifique, organisée pour la première fois sur Agen, par Nova Création et le Parc Walibi.

Vivement la prochaine édition !